Portrait d’homme en pied tenant son chapeau attribué à Cornelis Saftleven

1.900,00

Attribué à Cornelis Saftleven

Gorinchem, 1607 – Rotterdam, 1681

Portrait d’homme en pied tenant son chapeau dans sa main droite

Esquisse de paysage (au verso)

Pierre noire et rehauts de blanc sur papier bleu

282 x 122 mm – 11 1/8 x 4 13/16 in.

Inscription au verso au crayon : TER BORCH. Inscription sur le montage : anc. coll. P. Dubaut chez qui le dessin était attribué à Metsu.

 

Provenance : Pierre Olivier Dubaut (1886-1968), son cachet  (L. 2103b) en bas à gauche ; Alfred Normand (1910-1993), son cachet (L. 153c) au verso.

 

Lettre de Johan Quirijn van Regteren Altena[1] à Alfred Normand datée du 24 janvier 1973 ne reconnaissant pas la main de Gabriel Metsu et l’attribuant à l’entourage de Jan Steen.

 

Né à Gorinchem, Cornelis Saftleven, issu d’une famille d’artistes, effectue son apprentissage auprès de son père German et de ses frères Abraham et Herman. Il déménage à Anvers entre 1632 et 1634, puis s’installe à Utrecht où il est réputé comme peintre de scènes de genre, de paysages et de sujets satiriques.

Fig.1

Notre dessin, illustrant un homme en pied tenant son chapeau dans la main droite, peut être rapproché d’un Jeune cavalier debout de Cornelis Saftleven conservé au Hessisches Landesmuseum de Darmstadt (fig. 1)[2].  Le vêtement porté, composé d’un gilet boutonné et d’une large cape, est datable des années 1640-1645.

 

 

 

 

 

 

 

Les dessins de Cornelis Saftleven couvrent une large gamme de sujets d’inspiration biblique, mythologique, allégorique, sociale ou politique allant jusqu’aux scènes de genre. Sa carrière de dessinateur est bien documentée. Le spécialiste Wolfgang Schulz a catalogué plus de soixante-quinze figures isolées, masculines ou féminines[3]. Cornelis Saftleven les a presque toutes réalisées à la pierre noire, avec souvent des rajouts de lavis gris. Seule une faible partie peut être considérée comme des études préparatoires à des peintures. L’artiste devait conserver ces études dans son atelier, ceux portant son monogramme et une date devaient sans doute être destinés à la vente à des collectionneurs.

On peut comprendre l’ancienne inscription au verso, attribuant le dessin à Gerard Ter Borch (Zwolle, 1617 – Harwich, 1681) par le soin apporté au rendu des drapés faisant écho à certaines feuilles de l’artiste comme le Joueur de cartes (conservé au Städel Museum de Francfort-sur-le-Main, inv. 926).

 

Constat d’état – Petit manque en bas à droite. Petites taches d’atelier mais qui ne gênent pas la lisibilité de l’œuvre.

 

[1] Le spécialiste J. Q. van Regteren Altena a écrit un article le dessinateur Gabriel Metsu « Gabriel Metsu as a Draughtsman », Master Drawings, vol. 1, n° 2, Summer 1963, p. 13-19.

[2] Inv. AE 794 ; Wolfgang Schulz, Cornelis Saftleven 1607-1681. Leben und Werke Mit einem kritischen Katalog der Gemälde und Zeichnungen, Berlin, 1978, n° 66, p. 87, p. 260, ill. 66.

[3] Cf. Wolfgang Schulz, op. cit.

Propositions d'encadrements

Pas de cadre, Cadre Louis XVI plat Or (4cm), Cadre Louis XVI plat Noir et Or (4cm), Cadre plat (4cm) teinté ébène, Cadre inversé (3,3 cm) teinté ébène, Cadre Louis XVI or (3cm)